Lettre à Limoges

Dès fois, quand je suis en vacances à Limoges (ville où je suis né) et quand la fin des vacances approche, ça me fait toujours bizarre de partir de sa ville natale et d’être loin des gens qu’on aime, alors voici un poème qui s’appelle Lettre à Limoges, j’espère qu’il vous plaira, bonne lecture à tous !

Chère Limoges

Chère Limoges
Depuis que je t’ai quitté
J’ai pris un nouveau départ
Pour aller vivre à Paris

J’ai quitté mes amis
Et mon amour d’enfance
Comme si je tourne
Une nouvelle page

Quand je suis à Paris
Je me sens loin de toi
Loin de mes amis
Mais je pense à toi

À Saint-Germain
Ou à Montparnasse
J’ai comme un coup
De nostalgie

Aux Deux Magots
Ou à la Closerie des Lilas
J’ai toujours au fond de moi
Des souvenirs d’enfance

Aux Batignolles
Ou à Montmartre
et même à Ménilmontant
je me sens éloigné de toi

Quand je reprends le train
J’ai comme une pluie fine
De larmes de mes yeux
J’ai un sentiment bizarre

Mais je sais qu’un jour
Je reviendrai te voir
Je reviendrai te saluer
Et revenir m’y promener

Poubelle mentale

À un moment donné, j’ai eu envie de dire ce que j’ai dans le cœur, alors voici un poème que j’ai écrit, il s’appelle Poubelle mentale. J’espère qu’il vous plaira, bonne lecture à tous !

Poubelle mentale

Sur les trottoirs de Paris
Suis-je énervé ? suis-je normal ?
Mal-être sur mon amour
De mes mots j’en écris un poème

De mon avenir j’y songe
Ce rêve-là devient illusion
De mon langage poétique
J’écris le mal qui me ronge

Je vide ma poubelle mentale
Elle est remplie de parasites
De mots que j’ai sur le cœur
De trop d’émotions en moi

Sous le poids de ma peine
Les branches se craquent
Tellement cela me dévore
Encore et encore

Comme un crash blessant
Ce mot-là m’attaque
Je pousse une colère
Tel un orage grondant

D’une plume en larmes
J’écris tant bien que mal
J’aimerais vider mon sac
Pour m’accrocher et vivre

J’aimerais repartir à 0
Même si c’est difficile
Transcender le temps
Et mon amour ivre-mort

Troublant mon histoire
Et mes rêves illusoires
Je raisonne et l’heure sonne
De poser ma plume friponne

Le syndrome de la mère-poule

Pour certaines mères, il est difficile pour elles de voir leurs enfants voler de leurs propres ailes. On appelle donc, ces mères-là, des « Mères-poules ».

Ces mamans qui aiment garder leurs enfants sous leurs ailes, bien au chaud. Ces mères qui cherchent à étendre un manteau protecteur qui les éloigne de tous les risques et les dangers qui peuvent être présents dans ce monde.

Après plusieurs conversations avec ma meilleure amie en question au sujet de sa mère qui est une mère poule, après avoir vu quelques témoignages sur internet à ce sujet et après vu une émission de « Super Nanny » nommée « Je considère encore mes quatre enfants comme des bébés » dont la mère est une mère-poule, je vous propose de nous intéresser de plus près au syndrome de la mère-poule, allez, c’est parti !

1/ Surprotection

Qui dit « Mère-poule », dit aussi « Surprotection » car les mères-poules sont des mères surprotectrices, voire POSSESSIVES, envers leurs enfants, les mères-poules croient qu’elles surprotègent leurs enfants pour leurs bien, en réalité, les mères-poules ne se rendent pas compte que leurs enfants en souffrent, même à l’âge adulte. Que les mères protègent leurs enfants est une réaction légitime, de l’accompagner ou d’aller le rechercher à l’école, quelque soit son âge c’est plus prudent, quand on sait qu’il peut y avoir des disparitions comme celle de Marion Wagon en 1996 ou celle d’Estelle Mouzin en 2003. Mais à delà les surprotéger s’apparente plus à de l’étouffement, ce qui n’aiderait pas l’enfant à construire son autonomie.

2/ Inquiétude

En plus d’être surprotectrices, les mères-poules sont le plus souvent anxieuses et inquiètes pour leurs enfants. Un rien angoisse ces mères-là : que leurs enfants aillent à la boulangerie au coin de la rue ou en colonie de vacances, tout leur fait peur. Et plus les enfants grandissent, plus la peur augmente. Cette attitude n’est pas la meilleure des solutions car les mères-poules exagèrent souvent les risques et les dangers potentiels du monde extérieur.

3/ Dépendance

Les mères-poules ont une fâcheuse tendance à ne pas laisser vivre leurs enfants en paix. C’est pourquoi elles les conduisent à l’école, les emmènent chez leurs amis, les accompagnent aux activités extrascolaires car pour elles, la notion de liberté implique forcement des risques et des dangers. Chaque séparation est une source d‘angoisse supplémentaire, alors elles essayent de garder leurs enfants auprès d’elles.

4/ Demande d’indépendance

Un être humain, que ça soit un enfant ou un adulte est, avant tout, fait pour découvrir la vie et à donc besoin d’indépendance et d’autonomie.

Si la relation entre la mère et son enfant n’est pas bonne ou que les exigences maternelles deviennent excessives, c’est tout le contraire qui se produit : l’enfant défiera constamment les dangers comme méthode pour réclamer de l’indépendance et de l’autonomie.

5/ Remède

Dès lors que la mère poule se remet en question et acquière motivation et volonté, elle peut tenter de se mettre à la place de son enfant. Ainsi elle comprendra qu’il doit découvrir seul son environnement, pour s’adapter aux différentes situations auxquelles il sera confronté.

La discussion est primordiale dans ce genre de contexte. À travers cet échange, la maman va tenter de responsabiliser son enfant petit à petit et « lâcher du leste ». En échange l’enfant devra prouver jusqu’à quel point il peut se prendre en charge…

Enfin, pour la maman, il ne faut évidemment pas tendre vers l’effet inverse, c’est à dire négliger son enfant, ce qui pourrait le rendre tout aussi anxieux …

Si j’ai quelque chose à dire :

C’est bien d’avoir des relations avec ses enfants, mais il faut aussi les laisser vivre afin que les enfants puissent partir de la maison.

Bienvenue à tous

Bienvenue à tous

Dans ce site, vous allez retrouver des articles divers et variés, et surtout des poèmes que j’ai écrit et d’autres poèmes que j’écrirai.

Bonne visite à tous !

Poétiquement

Thomas Carrasqueira