Des milliers d’animaux

Dans ce poème, je dénonce la souffrance animale sous toutes ses formes. J’espère que ce poème vous plaira, bonne lecture à tous !

Des milliers d’animaux

Des milliers d’animaux
Qui vivent l’enfer
Ils ne trouvent pas les mots
Ils ne font que se taire

Sous les coups de leur maître
Ils subissent le martyre
Torturés puis brûlés
Pour eux c’est le pire

Leurs maîtres sont alcoolos
Ou ils sont toxicos
Complètement malades
Ils sont fous furieux

J’espère qu’ils seront en taule
Ce couple de barbares
Et qu’ils iront en enfer
Ces bourreaux, ces connards

Des milliers d’animaux
Se font abandonner
Au milieu de la route
Nom d’un chien quelle horreur

Attachés contre un arbre
Ou même contre un poteau
Ils espèrent qu’un jour
Leurs maîtres reviennent les chercher

Ceux-ci ne reviendront jamais
Ils ont un cœur de pierre
Ils les laisseront crever
Dans les six pieds sous terre

Leurs maîtres sont des sans-cœurs
Des crevards des enfoirés
Les animaux vivent ce malheur
Cela les font pleurer

Des milliers d’animaux
Qui restent enfermés
Dans un garage ou une cage
Comme si c’était la prison

Et ils vivent au milieu
De leur pisse, de leur merdes
Ce manque d’hygiène intégrale
Cette dégradation totale

Mal nourris, mal logés
C’est leur état de santé
Ils sont privés de liberté
Ils peuvent pas se promener

Dans une chaleur étouffante
Dans une odeur insupportable
Ils sont recroquevillés
Au fond de leur cloaque

Des milliers d’animaux
Se retrouvent au refuge
Ils espèrent retrouver
Un jour le bonheur

Retrouver l’amour
D’une nouvelle famille
Ça sera une nouvelle vie
Un nouveau départ

Moi mon chien je l’ai aimé
Je lui donnais de l’amour
Je l’ai vu batifoler
Pour encore et toujours

Je me suis battu pour lui
Je m’en suis occupé
Maintenant il est parti
Mais les souvenirs sont restés

Faisons bouger les choses

J’aime Paris et j’aimerais que les choses changent,  que ça soit dans les transports, les espaces verts, les rues, les boulevards, et c’est ce message-là que je veux faire passer dans ce poème. J’espère qu’il vous plaira, bonne lecture à tous !

Faisons bouger les choses

Mettons du bleu partout
dans chacune des rues
n’importe où dans Paris
en banlieue où en province

Plus de foyers pour nous
pour plus d’autonomie
pour plus d’appartements
et de studios pour couples

Encore plus de transport
pour plus d’indépendance
pour plus de facilité
et pour plus de repérage

Un peu plus d’accessibilité
dans les transports en communs
dans les métros, les RER
les trams, les bus et les trains

Un peu plus de nature
un peu plus de verdures
pour qu’on puisse respirer
et qu’on puisse s’aérer

Plus de parcs et plus de squares
où les enfants pourront y jouer
où on pourrait s’y promener
et s’y poser avec son chien

Moins de pollution et de CO2
et moins de particules fines
moins de gaz à effets de serres
pour que Paris puisse respirer

Plus de voies piétonnes
où nous pourrons aller marcher
plus de pistes cyclables
où les vélos pourront circuler

Faisons de Paris une ville meilleure
montrons-lui qu’on est fière d’elle
montrons-lui qu’on est fière d’y être
et même dans sa petite couronne

Disons-lui « Paris je t’aime »
et qu’on ne veut pas la dénaturer
car c’est cela qui la fait grandir
et qui fait d’elle « Le Grand Paris »

Bleuville

L’autisme, le combat quotidien des parents de ces enfants-là, comment accompagner ces enfants-là pour qu’ils deviennent autonome au quotidien ? Comment faire accepter ces enfants-là à l’école ou dans une institution médico éducatif ? C’est le thème de ce poème que j’ai écrit moi-même et que je vous invite à lire, bonne lecture à tous !

Bleuville

Parents désemparés
Complètement démunis
Leur quotidien est différent
Et leur combat est journalier
Quand ils apprennent que leur enfant est autiste
Leur monde s’écroule comme un mur qui se brise

Leur quotidien change
Leur vie est bouleversé
Et leurs étoiles s’éteignent
Les unes après les autres
Est-ce qu’il y aurait une lueur d’espoir pour ces enfants-là ?
Ou est-ce qu’ils resteront dans l’oubli ?

S’ouvriront-il enfin au monde ?
Ou resteront-ils dans leur univers ?
Auront-ils un chien pour s’ouvrir au monde ?
Ou seront-ils musiciens, poètes où écrivains ?
Seront-ils scolarisés normalement ?
Ou est-ce qu’ils se feront rejeter par les autres ou non ?

Une déscolarisation d’un enfant autiste
Pour eux, c’est une prison qui s’ouvre
Et se retrouvent dans une impasse
L’orage des parents gronde de colère et la pluie des larmes coule
Mais dans un monde où les humains sont des neurotypiques
Ces enfants-là viennent d’ailleurs ils viennent de Bleuville

Pourquoi ces enfants-là sont-ils en hôpital de jour où en IME ?
Trouveront-ils l’amour un jour ?
Battons-nous pour les enfants autistes
Ne les oublions pas
Rendons leurs rêves encore plus accessible
Pour qu’ils puissent exister et vivre heureux

Pray for Paris

Après l’attentat du 13 novembre 2015, j’avais envie d’écrire ce poème que voici. Éspérant qu’il vous plaira, bonne lecture à tous !

Pray for Paris

Des milliers de cloches sonnent
elles pleurent pour Paris
elles pleurent notre liberté
elles sonnent à l’agonie

De Notre-Dame à Saint-Germain
jusque à l’église Saint-Sulpice
en passant par la Trinité
on les entend se balancer

Des milliers de larmes coulent
sous un soleil de plomb
de Limoges à Paris
de Marseille jusqu’à Nantes

Des milliers de bougies s’allument
près des fenêtres sur les balcons
dans les cités et les immeubles
dans les écoles et les collèges

Des milliers de fleurs déposées
à l’entrée du Bataclan
Place de la République
et vers les monuments aux morts

Côté musique j’écoute U2
avec Sunday Bloody Sunday
là c’est Friday Bloody Friday
et Imagine de John Lennon

Des milliers de lumières s’allument
au couleurs de la France
dans les tous les pays du monde
dans toutes les capitales

Des milliers de manifestants
se rassemblent dans les rues
de Limoges à Bordeaux
de Marseille jusqu’à Nice