Bienvenue dans l’éditeur Gutenberg

À propos de montagnes & d’imprimerie

Le but de ce nouvel éditeur est de rendre l’ajout de contenus riches simple et ludique. Cette publication toute entière est composée de morceaux de contenus – un peu comme des briques Lego – que vous pouvez déplacer et avec lesquels vous pouvez interagir. Déplacez votre curseur un peu partout et vous verrez les différents blocs se mettre en évidence. Appuyez sur les flèches pour repositionner rapidement les blocs, sans crainte de perdre des choses dans l’action de copier et coller.

Ce que vous lisez actuellement est un bloc paragraphe, le bloc le plus basique de tous. Le bloc paragraphe possède ses propres commandes lui permettant d’être déplacé librement au sein de la publication.

…comme celui-ci, qui est aligné à droite.

Les niveaux de titres sont aussi des blocs spécifiques. Cela aide a organiser et mettre en valeur votre contenu.

Une image vaut mille mots

La prise en charge des images et des médias est un des objectifs principaux du nouvel éditeur. Nous espérons que vous découvrirez les avantages de l’ajout de légendes, de passer vos images en mode pleine largeur et de toute autre manipulation. De façon plus simple et robuste qu’auparavant.

Beautiful landscape
Si votre thème le prend en charge, vous verrez le bouton « Large » dans la barre d’outils de l’image. Essayez.

Essayez de sélectionner, de supprimer ou de modifier la légende. Maintenant vous n’avez plus besoin d’éviter de sélectionner l’image ou d’autres textes par erreur et de gâcher la mise en page.

L’outil d’insertion

Rendez-vous compte de ce que WordPress vous permet de faire rapidement et à partir d’une seule et même interface. Inutile de vous embêter avec des balises HTML, des classes ou des codes courts à la syntaxe compliquée. C’est l’esprit qui anime l’éditeur, qui vous permet de parcourir tous les blocs de contenu disponibles pour les ajouter à vos publications. Les extensions et les thèmes sont capables d’ajouter leurs propres blocs, ce qui ouvre la voie à toutes sortes de possibilités.

Essayez-donc, vous pourrez découvrir des choses que WordPress peut ajouter dans vos publications que vous ne soupçonniez pas. Voici une liste non exhaustive de ce que vous allez trouver :

  • Texte & Titres
  • Images & Vidéos
  • Galeries
  • Contenus embarqués, depuis YouTube, Twitter, ou d’autres publications WordPress.
  • Blocs de mise en page, bouton « J’aime », bannières, séparateurs, etc.
  • Et des listes comme celle-ci bien entendu 🙂

Mode visuel

Un grand avantage des blocs réside dans le fait que vous pouvez les modifier en direct et ainsi manipuler votre contenu en direct. Au lieu d’avoir des champs pour éditer ne serait-ce que l’auteur d’une citation, ou le texte d’un bouton, vous pouvez changer ces contenus directement. Essayez de modifier la citation suivante :

L’éditeur s’efforcera de créer une nouvelle expérience de construction des publications qui rendra plus simple l’écriture de publications enrichies. Les blocs rendront simple ce qui nécessite aujourd’hui des codes courts, du HTML personnalisé et autres manipulations mystérieuses.

Matt Mullenweg, 2017

L’information correspondant à la source de la citation est un champ texte séparé, similaire aux légendes sous les images. Ainsi la structure de la citation est protégée même si vous sélectionnez, modifiez ou retirez la source. Il est toujours possible de la remettre en place rapidement.

Les blocs peuvent être utilisé pour tout ce que vous voulez. Par exemple, vous pourriez ajouter une citation en regard de votre texte, ou alors afficher une énorme citation. Toutes ces options sont disponibles dans l’outil d’insertion.

Vous pouvez changer le nombre de colonnes de vos galeries en faisant glisser la barre dans l’inspecteur de bloc de la colonne latérale.

Média enrichi

Si vous combinez les nouveaux alignements large et pleine largeur avec des galeries, vous pouvez créer des mises en page enrichies très rapidement :

L’accessibilité est importante : n’oubliez pas l’attribut alt

Bien sûr, l’image pleine largeur peut être assez imposante. Mais parfois l’image peut en valoir la peine.

Ci-dessus, une galerie avec seulement deux images. C’est une méthode simple pour créer des mises en page attractives, sans avoir à faire flotter les images l’une contre l’autre. Vous pouvez aussi convertir la galerie vers des images individuelles, en utilisant le basculement d’un type de bloc à un autre.

Tous les blocs proposent ce choix d’alignement. Le bloc de contenu embarqué le propose aussi, et cela est responsive nativement :

Vous pouvez construire autant de blocs que vous voulez, statiques ou dynamiques, décoratifs ou ordinaires. Voici un bloc de citation en ligne :

Le code est une poésie.

La communauté WordPress

Si vous voulez en savoir plus sur la façon de construire des blocs additionnels, ou si vous souhaitez aider sur ce projet, rendez-vous sur le dépôt GitHub.


Merci de tester Gutenberg !

👋

Marcel Lechien, le maître d’école

En novembre 2004, un instituteur du nom de Marcel Lechien a été jugé et condamné à 15 ans de réclusion criminelle pour actes de pédophilie commis sur ses jeunes élèves, entre 1989 et 2001. Au-delà des actes de l’enseignant, on s’interrogea aussi beaucoup sur les raisons qui poussèrent le système éducatif, malgré de nombreuses plaintes des parents, à ne pas réagir. Retour sur un fait divers du village de Cormeilles (Eure, Normandie) en proie à la honte et au scandale, allez c’est parti, bonne lecture à tous !

1/ Les origines

Marcel Lechien est né en Normandie en 1953. Plus tard, il dira de son enfance qu’elle fut heureuse et sans histoires.
Décidé à devenir instituteur dès l’âge de sept ans, Lechien ne se détourna jamais de ce projet et intégra l’école normale.
Là, il serait rapidement devenu un bouc émissaire en raison de son physique quelconque et de son patronyme.

Une fois que sa formation est achevée, il occupa plusieurs postes dans l’Eure à dater de 1977.
Dès le début de sa vie professionnelle, Lechien fut accusé d’attouchements sexuels à l’égard de mineurs. Des parents se plaignirent auprès de sa direction de gestes déplacés commis envers leur petite fille. On critiqua également le comportement parfois violent de l’enseignant et son goût pour les fessées déculottées données devant la classe. La plainte ne fut pas suivie d’effet, la direction de Lechien ayant estimé que les accusations étaient totalement diffamatoires.

Pourtant, d’autres plaintes suivirent… En 1980, des parents s’ouvrirent à la direction à propos du fait que Lechien restait longtemps enfermé en classe avec une élève. Ici aussi, aucune suite ne fut donnée.
En 1989, Marcel Lechien prit la tête d’une classe à Cormeilles, sa localité de naissance. Il y restera jusqu’à son arrestation, survenue le 7 février 2001.

En 1996, 2 nouveaux enfants de Cormeilles se plaignirent d’attouchements de la part de l’instituteur. Les parents signalèrent le problème à la directrice de l’école qui choisit de classer l’affaire avec pour tout commentaire : « on n’est pas à la télé ! ». Pour sa part, l’inspection d’Académie considéra les faits comme « un simple contact accidentel de l’entrecuisse ».

Nouvelle alerte encore en 2000 : une jeune fille de 17 ans déclara à plusieurs médecins avoir été violée par Lechien. Inexplicablement, les médecins lui conseillèrent d’oublier cette histoire et de ne pas s’attaquer à un homme honorablement connu.

2/ L’arrestation

Jean-Yves Cendrey en 2014

L’arrestation de Marcel Lechien survint le 7 février 2001 grâce à l’écrivain Jean-Yves Cendrey.
Ce père de plusieurs enfants scolarisés à Cormeilles, reçut fortuitement le témoignage d’un autre parent d’élève qui lui signala que sa petite fille avait été victime d’attouchements de la part de l’instituteur.
Patiemment, Cendrey mena son enquête, rencontrant nombre de personnes. De multiples témoignages accusèrent Lechien d’actes de pédophilie, beaucoup de victimes ou de parents se plaignirent aussi du fait que l’administration n’avait pas voulu croire leurs dires et encore moins y donner suite.

Le 7 février 2001, sûr de son fait, Cendrey pénétra dans l’école, s’empara de la personne de Lechien et le conduisit à la gendarmerie.
Plus tard, Jean-Yves Cendrey écrira un roman inspiré des événements, il l’intitulera Les jouets vivants.
En conséquence de l’acte de Jean-Yves Cendrey, 38 enfants viendront témoigner à la gendarmerie contre Lechien.

Après son arrestation, le 7 février 2001, Lechien reconnut les faits. Mais, rapidement, il se rétracta et, dès lors, ne cessa de proclamer son innocence.

3/ L’homme discret

L’enquête effectuée sur le passé de Marcel Lechien fit apparaître un homme d’une banalité totale.
Il apparut, qu’enfant, Lechien était la tête de Turc des ses condisciples qui raillaient son nom et son physique ingrat.
La vie affective de Lechien débuta à l’âge de 27 ans, lorsqu’il épousa une femme de 17 ans son aînée et mère d’une de ses élèves. On ne lui trouva pas la moindre histoire affective avant cette période.

Aux experts-psychiatres, Lechien déclara : « Je ne suis pas un pervers sexuel. Je n’ai pas d’idées mal placées. » Pour justifier ses aveux initiaux, il se justifia en déclarant : « Je suis timide. C’est dans ma nature ».

4/ Le procès

Marcel Lechien comparut devant les assises d’Évreux en novembre 2004, accusé de trois viols et 36 agressions sexuelles sur des enfants âgés de 6 à 10  ans, survenus entre 1989 et 2001.

La plupart des victimes de Lechien comparurent en audience et se retrouvèrent face à l’accusé. Ce dernier s’enferma dans le déni et accusa la Justice « de ne pas conduire un procès équitable ».
La défense de Lechien demanda aux jurés de prononcer « l’acquittement au bénéfice du doute », de rejeter « la sacralisation de la parole de l’enfant », dénonça « une instruction menée exclusivement à charge », parla de « psychose collective », souligna « l’absence de preuves matérielles », estima que « Tout est parole contre parole et tout peut être retourné », agita « le risque d’une possible erreur judiciaire » et évoqua le procès d’Outreau en estimant que « les mêmes fautes ont été commises dans l’écoute des enfants ».

Reconnu coupable de tous les faits, Marcel Lechien écopa quasiment de la peine maximale, 15 ans de réclusion. Il ne commenta pas le verdict.

La directrice de l’école de Cormeilles et un inspecteur de l’Éducation nationale, mis en examen pour non-dénonciation d’atteintes sexuelles, bénéficièrent d’un non-lieu. Pourtant, alertée à plusieurs reprises des faits, la hiérarchie de Lechien n’avait cessé de minimiser les faits et de refuser toute enquête sous prétexte que « les enfants fabulent ».
L’absence de condamnation de l’Education nationale amena un avocat des parties civiles à déclarer : « Une lourde peine qui permet de mieux taire la responsabilité de l’institution. Ce procès a montré les mécanismes de silence corporatistes de l’Education nationale. Il a montré que la défense de l’institution justifie que l’on sacrifie des enfants »…

5/ À l’heure actuelle

À l’heure actuelle, de nouvelles plaintes restent envisageables et de nouvelles actions en justice pourraient être intentées contre l’instituteur pédophile. Marcel Lechien a été libéré en 2011 après avoir purgé une partie de sa peine. Il est depuis placé sous bracelet électronique. Le 27 mai 2013, 6 nouvelles plaintes ont été déposées par d’anciens élèves, et dont les requêtes n’avaient pas pu être prises en compte, il fut donc condamné à 5 ans de prison ferme.